C'EST OU QU'ON MANGE

Publié le par mobilisation marzelay

Après 3 mois et demi, ça y est, nous allons avoir enfin une cantine après les vacances de Noël, M. Gbedey nous l'a annoncé, la mairie refait la peinture et remplace les plaques (trois ou quatre) de faux plafond manquantes.

 

C'est vrai, diront les mauvaises langues, qu'il fallait au moins 3 mois et demi de réflexion pour enfin faire les travaux qui auraient pu être fait dés la rentrée de Septembre... même avant puisque la municipalité avait été prévenue plusieurs fois (cr du conseil d'école du 5 Novembre 2010) puis  fin juin 2011... que des fuites provenaient du toit.

 

C'est vrai, rediront les mauvaises langues, qu'il fallait au moins 3 mois et demi pour comprendre que les enfants, surtout les enfants autistes qui seront heureux de ne plus monter dans un bus qui leur faisait peur, subissaient un rythme qui n'était pas le leur.

 

C'est vrai, rerediront les mauvaises langues, que pour une municipalité qui dit que l'éducation est la priorité, ça fait un peu long.

 

C'est vrai, rererediront les mauvaises langues, que si c'était réellement la grêle qui avait endommagé le toit, la mairie aurait pu faire intervenir leur assurance.

 

C'est vrai, rerererediront les mauvaises langues, non bon là, on arrête d'écouter les mauvaises langues...

 

En 2012, après le vote au budget, le toit devrait être refait lui aussi.

 

A suivre...

 

Commenter cet article

Jean-Louis Bourdon 10/12/2011 17:34

C'est vrai que l'on aurait pu faire les travaux plus tôt si l'école était réellement la priorité à St-Dié, comme ne cessent de le répéter les média officiels de la mairie. On a encore entendu cela
hier soir au conseil municipal.

Si cela était vraiment le cas, on le retrouverait dans les chiffres des comptes administratifs de la ville.

Et puis, on aurait choisi de faire rapidement, et en une seule fois, toutes les réparations à Camille Claudel plutôt que, par exemple, déplacer pour 60 000 € un jet d'eau situé dans la Meurthe.

Cela aurait surtout permis d'éviter tous ces déplacements d'enfants et de démontrer qu'ils sont bien au coeur des préoccupations de tous les élus.